Semi marathon de Paris (Fitbit) Jih Pey

 

Nom : Pey

Prénom : Jih

Temps :1:37:40

 

JIH PEY:

« ce semi marathon 2017 ne se présentait pas très bien.
Intercalé dans une préparation pour le Marathon2017 de Paris il ne doit jamais être couru pour  » faire un chrono ». Pourtant c’est ce que j’avais décidé . Mon précédent chrono étant 1h44’49 » à 5’/km je devais donc parcourir celui-ci en descendant sous les 5′ à chaque km.
Seulement au vu des dernières courses je ne parvenais pas à courir à cette vitesse . Mon dernier run , 3 jours avant , avait été un test lors des 5 kilomètres de  » l’association des FitBarjots » et mes temps n’étaient vraiment pas encourageants 🙁. Un conseil chers runners analysez toujours les résultats de vos courses via vos applis avec un œil critique car ceux ci peuvent être faussés (notamment en ville) ça arrive parfois et c’était le cas pour moi.

La nuit fut assez courte (comme souvent avant une course ) et nous n’avions aucune motivation avec Alexandra pour se rendre sur place. Météo pourrie, conditions de transports très mauvaises et sensation d’y aller « pour rien  » puisque mon objectif semblait inatteignable… pour dire vrai, j’avais même un peu honte d’être dans ce sas d’1h40 tellement ce chrono me paraissait présomptueux. Je stresse énormément, beaucoup trop (c’est dans ma nature 😊) et cela me gâche vraiment tout le plaisir ☹️.
Cette course j’en avais tellement parlé avec mon ami Fred (aujourd’hui dans un lit d’hôpital victime d’un très grave accident), il voulait y participer lui aussi 😢 (la photo prise pendant la course est un clin d’œil pour lui) j’avais envie de me dépasser.

Sur place pas de Barjots en vue, passage au box, aux urinoirs , bisou et encouragement à ma chère et tendre puis le Sas .

On y fait les derniers réglages vestimentaires, on organise son propre ravitaillement en produits énergisants, on gère la partie technologique (Surge, écouteurs, téléphone et appli) puis on s’étire légèrement et on s’échauffe comme on peut avec cette promiscuité.
C’est alors que je rencontre Alexandre qui entre dans le sas avec sa team. Sa progression est fulgurante, son aide me serait précieuse mais je sais que lui intègre vraiment ce semi dans sa préparation marathon et donc je ne veux pas le gêner. Sa présence me décontracte même si on échange peu .

Départ !
Dès les premiers hectomètres je sens qu’autour de moi les coureurs sont à une allure supérieure à 5′ je ne peux rester à ce rythme un peu trop lent, je me dois d’accélérer. J’avais examiné le profil de la course et je savais que ça descendait du départ au 10eme et du 18eme à l’arrivée. Il ne me fallait donc pas prendre de retard dans ces 10 premiers kms.
Je suis bien,  j’enchaîne les kilomètres largement en dessous des 5′,  je me dis que « ce qui est pris n’est plus à prendre » et que si je flanche et bien j’aurais essayé…
Finalement non seulement je ne flanchais pas mais je parvenais encore à augmenter le rythme à partir du 18eme en sachant que le profil ne monterait plus.
Fin quasiment au sprint et immense joie en découvrant mon chrono à l’arrivée : mon record personnel était explosé ! 🍾

Après la course vinrent des instants horribles : j’assistais à la remise des médailles pour le podium féminin puis masculin sous une pluie battante, du vent et des températures glaciales. Attente interminable au box puis attente d’Alexandra. Je ne pouvais même plus parler tellement j’avais froid,  j’ai pensé que mes doigts allaient tomber tout seuls ❄️🌧❄️🌧🌫❄️
Quand elle arrive une seule envie : rentrer au chaud. Navrés pour l’éventuelle rencontre avec d’autres Barjots mais il était impossible de rester là-bas plus longtemps.

Même si j’ai fini la course avec encore des ressources et en bon état de forme je pense que ce chrono sera très dur à améliorer. Je ne pense plus refaire le semi de Paris mais dans une autre ville sûrement.
Aujourd’hui je pense que le semi est la distance qui me correspond le mieux.

 

Tagged on: